Selon Mireille, la conservation d’un objet détérioré n’impliquait pas obligatoirement de justification. Lucien insistait-il, comme dans le cas du chameau, qu’elle en devenait l’avocat. Les apparences trompaient. Le camélidé n’avait été brisé ni par inattention, ni par intention. La maladresse avait bon dos, et il n’imaginait tout de même pas qu’en absence d’insecteà torturer ou de batracien à tourmenter, elle réalisait quelque pulsion sadique en maltraitant une figurine de plâtre. La brisure du cou relevait simplement du problème identitaire auquel se trouvait confrontés le dromadaire et le chameau, lié au nombre de bosses différenciant l’un de l’autre. Scie suffisamment répétée pour faire naître la confusion et amener celui-ci à s’assurer plus que de raison de la présence d’une ou de deux bosses de façon à ne pas se prendre pour celui-là et vice-versa. La fréquence de l’opération expliquait très facilement l’usure puis la cassure. Le chameau ni le dromadaire n’avaient d’ailleurs l’exclusivité du phénomène, on pouvait facilement imaginer qu‘un jour viendrait où les hommes, à force de se regarder le nombril ou de consulter leur portable (ce qui revenait au même), provoqueraient une rupture identique.

tiroir 24 - armoire