Une pichenette et le singe effectuait un tour complet. Mireille ne s’en lassait pas. Un tour, encore un. Chaque tour accompli : une merveille, une révolution. Six tours, dix. L’après-midi passait. Quinze tours. Exercices à la barre du temps. Chaque tour, se prenait-elle à rêver, représentait 25.000 ans. 375 000, 500 000. Gare à l’avertin. Parfois la branche se déboîtait... Combien pour dégringoler de l’arbre? combien pour se remettre du choc? Se redresser lentement. Acquérir avec patience la maîtrise des membres inférieurs tout en cherchant de quoi occuper les supérieurs. Ajuster les synapses, affiner la coordination entre cerveau et mains, les doigts, pour fabriquer des outils de survie plutôt que de s’en remttre à l’aléatoire, la bonne occase. Tout ce bouleversement, cet effort transformé en révolution industrielle par Homo egarster & Cie. Pour en arriver là : à Mireille, tête posée sur la paume de sa dextre cependant que la gauche jouait avec la figurine, pour contenir l’ennui menaçant, et le rompre lorsqu’il s’était installé.

tiroir 20 - armoire