Je - Rêve d’un napalm qui libèrerait une fois pour toutes la place que nous trouvons toujours occupée à notre réveil pour notre plus grande surprise autant que notre perpétuelle douleur : occupée par nous. Rêve où l’on dirait enfin : Je, est un poste vacant.

************

Jeu - La vie, qui n’invente rien, a parfois l’aspect d’un jeu où il s’agit de retrouver la meule de foin dans l’épingle sans autre moyen que la vue, et sans aucune chance d’arriver à bon port

************

Joie - Certaines joies coulent de source, comme le sang de la plaie

************

Jour

J’ai connu, oui, des journées d’une insipidité exemplaire.

Avec ou sans raison, on considèrera que le fait de se lever chaque jour pour ensuite finir par se coucher est assez étonnant.

Il y a des jours où l'on ferait mieux d'aller à la pêche. Penser qu'il faille pour cela s'occuper de trouver une canne, une ligne voire plusieurs, des hameçons, des bouchons, des leurres, des vers, des mouches, une épuisette, un aveiniau, penser qu’il soit ensuite nécessaire de dénicher un bord de mer propice alors qu'il n'y a qu'un fleuve à proximité, penser à tout cela est à ce point décourageant que nous préférons occuper le reste de la journée en pensant à ne plus y penser, ce qui a l’avantage de faire passer le temps.

Il existe deux façons de faire résonner ses journées dans le temps : les plaquer en une successions d’accords ou les jouer en arpèges.

Quand je pense aux nuits où je n’ai pu fermé l’oeil – et aux jours.....

Serait-il possible de voir en ces jours autre chose qu’une soupe upérisée où nageottent des croutons fabuleurs d’être dessaturés – ou le contraire.

Que sont ces petites commotions éprouvées dans le pas-à-pas des jours ? Ne devraient-elles pas nous arracher un sourire, un rire même? qui nous enlèverait la prétention de la tombe pour nous laisser imaginer la modestie d’être absorbé par l’un des nombreux trous noirs de l’univers, ces éponges cosmiques

************

Joute - La scène était plaisante : les deux personnages, l’air rebours, se coudoyaient sèchement, embarqués dans une logomachie qui se voulait extrême, dévastatrice, mais ressemblait beaucoup plus à une conversation sous haschich où le fleuve des phrases se dilate dans un delta sans fin, qu’à un sprint où l’effort concentré sur quelques secondes explose en une victoire éclatante.

************

Jubilation - Parvenue à un certain point il ne reste pour la jubilation que deux solutions : ou elle s’évapore comme l’eau portée à ébullition et l’on suprime la source de chaleur ; ou elle s’évapore et l’on se refuse à suprimer la source de chaleur. L’effet au bout du compte revient au même : la jubilation n’est plus, avec cette petite différence que dans le second cas le fond de la casserole est brûlé et celle-ci bonne à jeter..

************

Judicieux - Enfariner un masque pour le dissimuler est aussi judicieux que réduire en poussière une statue en cour de réalisation pour en accélérer la finition.

************

[Extraits du journal de Marcel Crépon]

tiroir 18 - armoire