Certains haussaient les épaules et poursuivaient leur chemin. Ceux-ci prenaient en pitié le pôve homme, qui subissant les violents changements météorologiques, ne distinguait plus les choses ; ceux-là accusaient une trop forte consommation de mauvais vin. Mireille, Camille, Lucien et René décidèrent de ne pas, pour une fois, s’en tirer à si bon compte et interrogèrent P., qui leur fournit des explications.

Imaginons un escalier, dessiné sommairement, de trois quart. Applati, il forme alors une portion de voie ferrée, l'arrête des marches devenant les traverses. Elève-t-on celle-ci et voilà une échelle. Fait-on se rejoindre les deux extrémités de celle-ci et c´est une roue que l’on a devant soi – qu'elle tourne.

tiroir 17 - armoire