Observations - Non, décidément, plus je l’observais moins je savais à quoi m’en tenir : d’un côté sa mine laissait penser qu’ayant passé ses jugements à l’encaustique ils étaient devenus plus glissants que brillants ; de l’autre, elle rapportait sans omission les résultats d’une opération au cour de laquelle il les auraient (ses jugements) égrugés tout en sous-estimant l’effet d’un pilon sur le cerveau lorsque celui-ci fait office de mortier.

************

Occupations -

Une grande partie de nos occupations ne vise rien de moins que d’amputer le temps pour le battre au sprint final. Pitres négligeants, heaumiers économisant sur le métal, prenant les pierres que nous lançons en l’air pour des balles de mousse, s’étonnant de la douleur lorsqu’elles retombent.

Fameuse occupation que d’étudier la décomposition des secondes pour nuancer la javel des jours.

Entre l’espionnage qui rend captif des informations que l’on protège aussi bien que de celles que l’on convoite et l’usage du rasoir comme vésicatoire, il existe une quantité d’occupations toutes aussi adéquates pour vous inciter à en rester, là.f.

************

Œil - Œil pour œil, dent pour Dante.

************

Œuf

- L'œuf à la coque glisse de la tablette et va éclater sur le sol. Malgré soi on verra dans cette chute un signe prémonitoire risquant de peser lourd sur la journée. Superstition à laquelle s'en substitue une autre, mais plus rassurante celle-là, qui destinerait l'oracle et les malheurs y afférant à votre ennemi préféré.

************

Ombre

- Lorsque l’homme souvent ne sait qu'agiter étendarts, fanions et drapeaux, foncer avec ses gros sabots en battant des battoirs à droite et gauche, la nature espoline volontiers des étoffes à double tranchants, telle l’ombre du mancenillier, sous laquelle, décidément, il ne fait pas bon se reposer.

************

Onirique - Qu'est l´onirique sinon de l´ironique assoupi, ouaté

************

Optimiste

Inlassable optimiste, s’en allant, dit-il, fleurir les quatre coins de la planète, ne perdant nullement contenance en s’apercevant qu’elle est ronde.

S’il omettra instinctivement de prononcer „une goutte de soleil“, le véritable optimiste ne se gênera pas pour parler de „rayons de pluie.“

Bel optimiste, celui qui, ancré dans les jours comme un pilier dans le sol, affirme encore pouvoir faire la navette de soi à soi, pour s’évanouir d’anhélation.

Lassé de l’idylle béotienne et de ses ravages, il guette le grand laboratoire de la nature, espérant qu’il en surgisse, subite, une épidémie de jugeotte, d’une durée d’incubation quasi nulle, de propagation et de progression rapide.- .

************

Os -Une poignée d’os ne fera jamais un carré d’as, ni une paire de rois, pas plus que de dames.

************

Oubli

Rappelle-toi que tu oublies, toujours.

Celui-là confondait oubli et perte de mémoire, l’un, signe de vitalité, l’autre, preuve flagrante de dégénérescence.

- Oublier est une récompense ! criaient les uns.
- Oublier, c’est confisquer, c’est se confisquer ! plaidaient les autres.
Etc, etc...

************

Ovates - Les ovates auguraient dans un temps limité, à portée de la main, se contentaient de prévoir une victoire militaire, une récolte abondante, la bonne issue d’un traitement médical, voire l’avantage économique que pouvait procurer la pratique du quayage – bref, ils prévoyaient ce qu’ils connaissaient, ne se voyant pas dans un avenir plus éloigné que leur horizon, membres d’un club où l’on passe une partie de son temps à mâchonner du vide et l’autre à s’inventer des loisirs pour en oublier le goût amer.

************

[Extraits du journal de Marcel Crépon]

tiroir 15 - armoire