La désintégration du Rideau de fer et de la ferraille qu’il dissimulait avec moins que plus de succès n’apparaissait pas sur l’effigie. Le portrait de Marx sur une pièce pouvait cependant prêter à sourire. Surtout si le disque de nickel et de cuivre avait été émis non en république démocratique, mais en république fédérale allemande. On rit comme on peut, quand l’occasion se présente, et aussi longtemps que possible. Le bric-à-brac dispercé sur une méchante couverture s’estompa bientôt. Lucien feuilletait un album de timbres, Mireille et Camille chahutaient des fripes, René restait coi. Marx ne passait pas. Marx, c’était Jacques Rispal perdant son pantalon dans l’Aveu. Pantalon trop grand car le détenu a maigri, et dépourvu de ceinture. Le poids du mot „subversion“ lié au comique de la chute, dévoilant la fanfaronade du procès. La salle éclatant de rire, les juges, accusés, avocats, greffiers, gardiens et au milieu de tout cela, Jacques Rispal tragique boute en train malgré lui, sa solitude. Et un peu plus le cynisme de l’un des accusateurs, le condamnant de facto à mort pour cet écart involontaire, comme si les „crimes“ dont s’était accusé auparavant le détenu n’avaient pu y suffire.

tiroir 14 - armoire