Page - Ce jour sera donc marqué non d’une pierre noire mais d’une page blanche, donc d’une pierre noire?.

************

Paresse - Et l’on se demandera, si en brûlant les étapes du progrès l’homme ne cherche pas instinctivement à replonger le plus vite possible dans la paresse d’avant avant.

************

Parler

Parler pour ne rien dire est souvent considéré comme une marque de civilité, de politesse, de savoir-vivre.

Il est possible, autant de s’époumonner à émettre des vues cardinales qu’à proférer des bêtises, et même, et surtout, de flancher d’une heure dans l’autre au cours d’une journée, sans avoir prononcer quoi que ce soit de notable.

Si les morts pouvaient parler ils se trancheraient les cordes vocales.

************

Paroles - D’autres fois j’entends des paroles sans pouvoir en saisir le contenu car elles sont exprimées dans une autre pièce. Ce sont tantôt des pierres qui tombent une à une, tantôt un pan de mur qui s’abat. Il est possible alors de mesurer l’état de ruine où est parvenue la relation entre deux êtres.

************

Parti - Parti pris n’est plus à prendre, donc sans intérêt

************

Partir - Depuis le temps que les meilleurs partent les premiers, il ne doit plus rester que les pires.

************

Partition - Si la chance avait été de mon côté l’exécution de la partition de la vie eut été assez simple. A une note unique correspondrait un mot unique, que dis-je, une onomatopée, moins impulsive que « rugis » mais de loin plus profonde : « chh.... ».

************

Passions - Ô ! les passions brûlantes, aussi pipées qu’un crépuscule ou les résultats dévoilés par un spéculum embué

************

Paysage

Lisière / Waldrand

************

Pêcheur - Le pêcheur à la ligne rêve-t-il d’autre chose que de retenir le temps, que de lui voir s’accrocher la gueule à son hameçon avant lui asséner un bon gros coup de gourdin pour en finir?

************

Penser

De penser qu’il serait peut-être temps de penser à penser penser est suffisament explicite pour qu’il soit nécessaire de continuer.

Rare moment où la pensée, suffisament robuste pour supporter sans défaillir la plus crue des vérités, reconnaît dans la pomme de terre, au-delà du tubercule comestible, une soeur de misère.

Nos pensées sont bien l’étoupille servant à mettre le feu aux mots pour les propulser à gauche, à droite, sur les terrains du monde, pour en carminer le sol du sang de victimes forcément nombreuses et qui, une fois sèché, nous laisse sur notre soif.

Nous coudons régulièrement nos pensées à gauche, à droite, uniment, moins pour leur donner de la flexibilité que les forcer à prendre une direction trop voulue pour être honnête, et qu’elles finissent par atteindre en fusant grottesquement.

La pensée se punit elle-même en tirant à sa suite un diable surchargé des bêtises prononcées, dont elle se souvient, et poussant devant elle le caddy de celles qu’elle émettra, les deux fardeaux s’entendant à merveille pour la ralentir, sinon lui faire faire du sur-place.

Dans la fuite éperdue des galaxies la pensée n’est certes pas celle qui court le moins vite.

Ces pensées trempées dans un godet, trempées dans la gouache, prêtes à colorier toutes éventualités, se détournant de toutes, pour mieux s’élancer nager dans la vidité..

************

Perte - Porter un regard rétrospectif c’est définitivement perdre l’illusion de n’avoir pas été, c’est entrevoir dans une lumière glauque les édicules élevés ici et là au cours des ans, vers lesquels confluent les eaux usées du temps, qui ne les détruisent ni ne les innondent, mais les rendent, seulement, insalubres..

************

Phases - Ces phases où nous approchons socialement d’une personne, sautillons gorgé d’émotion au seuil de son être, pour finalement lire l’indication « décaféiné » sur l’emballage.

************

Philosophes

Songe, ronge, songe, ronge, songe, ronge, songe, songe, ronge écoeuré s'enfonce.

Se dé-vit, comme on se démissionne.

Frétille entre une volée de „pourquoi?“ ne prévoyant aucune réponse et une théorie de „comment“ défectueuse avant même que d’avoir été activée.

Parfaitement assimilé au cuir de son fauteuil, il fixait tantôt une plante verte, tantôt quelque bibelot empoussiéré. Il s’imaginait posséder la force persuasive d’un missile, n’avait le plus souvent que la foudroyance d’un joueur de crincrin dont les couacs répétés faisaient effectivement fuir l’interlocuteur.

La plaine de ses réflexions s’étendait devant lui dans un infini morne et marécageux. Il comprit que la seule relation pouvant s’ètablir entre eux consisterait à mettre en oeuvre un assèchage parfaitement irréalisable.

Dans la marge de ses écrits se multipliaient les apostilles ; il ne manquait plus qu’un panneau „Attention chutes fréquentes“, pour ravir aux lignes leur gloriole.

D’aller d’incertitudes en doutes est signicatif de notre parcours, nous ramène à la situation d’un camelot se déplaçant d’un endroit à l’autre sans trouver le moindre acheteur pour sa marchandise ; sentiment frigorifugeant certes, et qui laisse présager de périodes glacières, que n’adoucira aucune débâcle (Confaustus).

Plus d’un, analysant sa vie et considérant la longue traînée de bave sinueuse qu’elle dessine et à la surface de laquelle éclate quelques bulles, cherche en vain un service d‘entretien pour y trouver de quoi l’effacer.

Son vaste système philosophique se résumait en deux catégories principales. D’un côté on y trouvait ceux qui n’ont cesse de grenouiller, multipliant les sauts d’une mare à l’autre au fur et à mesure que l’espérance d’en trouver une adéquate diminuait ; de l’autre on reconnaissait sans peine ceux qui perdinent et se plongent dans leurs occupations avec autant plus de ferveur qu’ils n’en attendent strictement rien.

Son acharnement à vouloir créer une cause à tout prix sans remarquer qu’elle n’était déjà qu’une conséquence laissait penser que son système d’irrigation intensive dépassait ses prévisions, attaquant le soubassement de sa pensée plutôt que d’en favoriser la croissance.

De ces êtres qui, retirés du tumulte quotidien, compulsent patiemment les „fiches techniques“ de l’humanité, finissent par lui découvrir un caractère essentiellement hybride (mi moteur à explosion n’attendant que de vous péter à la figure de haine, mi moteur électrique cherchant sournoisement à vous électrocuter d’amour) donc voué assez rapidement à l’extinction.

Au seuil de la mort, disait Confaustus, je me sentirai sans doute avoir été aussi utile à l’humanité qu’un légat ayant voyagé dans le temps pour atterrir dans le dévonien et y débiner sur son époque, exposant les inconvénients de l’évolution à quelque futur fossile ignorant.

Ce sont moins les averses de sagesse aux retombées alléatoires que le crachin continu de nos faux-bonds physiques qui nous renseignent sur notre âge (Confaustus)

A les observer touer vascillants dans la vase – la soupe semblant rechigner à relacher son emprise sur leurs pieds –, on en venait vite à penser que le rendement était proportionnel à leur effort : l’immobilisme de la barque était d’une conséquence parfaite.

la véritable philanthropie consisterait peut-être à fréquenter les hommes le moins possible, pour leur faire grâce de notre existence, preuve irréfutable, et donc gênante, de la leur. (Confaustus).

************

Physique - Prose poreuse flotte.

************

Physionomie - De ces visages dont la physionomie rappelle plus l’aspect d’un bloc de lave subitement refroidi que celui d’un morceau de bois méthodiquement taillé à coups de serpe par le temps.

************

Picto... - Pictogramme, pictotem, pictorride, pictomate, pictoréro, pictora-tora, pictomaison, pictonoscope...

************

Piétinement - A confondre notre piétinement besogneux dans les jours pour un signe d’élation nous finissons par ressembler à un maître miniaturiste gabouillant dans une bataille qu’il recopierait sans cesse sur chaque millimètre carré de son manuscrit.

************

Pixels

Tous les pixels sont dans la nature

************

Place - Il y avait cet endroit et nous y fûmes. Cet endroit n´avait pas de nom et se déjouait tant des latitudes que des longitudes. Géographiquement impossible à situer, cet endroit existait et nous y fûmes.
Nous le (re)connaissons aurjourd´hui parce que nous nous trouvons désormais à un autre endroit.

************

Plaisantin - Le visage agité de tics „tragiques“ qu’accentue un mouvement de main tantôt levée pour interpeller va savoir qui, tantôt pressée contre le front, refermée. sans pourtant former un poing, il évoque longuement les hauts et les bas de la vie, tellement occupé par l’expression, par son rendu, qu’il oublie l’essentiel, se résumant à peu près comme suit : avec le temps les hauts le sont de moins en moins tandis que pour les bas on notera l’effet contraire.

************

Platitude - La platitude de l’écran s’accroit-elle proportionnellement à celle du contenu qu’il diffuse?

************

Pluie

La pluie semble parfois une indécence du ciel qui déverserait son chagrin sur les hommes.

Métaphore apparaissant dans chaque goutte d’une averse : il pleut du temps.

************

Poésie

laissé mon coeur dans l'espace
ne sais plus ton nom, ton nom
Pluton nom, Pluton non
nom de nom de non
dans l'espace

Grelottant de poésie, maugréer son odelette avant d’atteindre, assez rapidement, sa masse critique.

Cet estropié de l’âme ronsardissait volontiers, comme si l’apport de langues mortes seul pouvait fleurir son cimetière intérieur, sous le ciel duquel, il ne claudiquait plus, mais rampait.

************

Portraits

Celui-là considérait que vivre est un vice que la mort guérit somme toute assez rapidement.

Celui-ci finissait par être déçu de tout, en premier lieu de sa déception.

Il avait, certes, autant de fantaisie qu’une souche de bois, sans en possèder néanmoins les qualités calorifères.

Marchant lentement, le torse engoncé dans un cuir râpé, les jambes boudinés dans un treillis élimé, la crête flétrie, suivi d’un batard en laisse approprié à sa condition : un punk retraité.

Dans son allure, ses gestes en général et certains de ses airs, de ses mimes en particuliers, il rappelait quelque chose non de préhistorique mais bel et bien préhistoriesque.

Il faisait parfois l’effet de l’un de ses objets hautement technique à l’usage compliqué dont le mode d’emploi serait, ou bien inexistant, ou bien conçu dans une langue dont nul n’entendrait le moindre mots.

Comme tout le monde il se préoccupait de son esprit auquel il prêtait volontiers l’aspect d’un porte-serviette en cuir véritable, pourvu de compartiments agencés avec soin, suffisament spacieux pour ne contenir que l’essentiel, forcément abondant, qui lui donnait un air sérieux et qu’il était d’ailleurs bien le seul à reconnaître, ceux qui le croisaient reconnaissant plutôt une locomotive dont la cheminée expectorait par intermitence des escabilles : elles voltigeaient un instant à gauche, à droite, retombaient ensuite pour s’éteindre rapidement.

Ils Ignoraient leurs commandes respectives qui refroidissaient lentement sur leur plateau-repas, ils se dévoraient des yeux. Lui s‘interrogeait si à cette manière qu’elle avait de gazouiller en parlant, véritable camouflet pour l’ouie, il ne devait demander raison par un duel. Etant l’offensé, il choisirait le silence comme arme. A bout portant cela ne ferait pas un pli.

Elle allait venait, indécise, sur le pont enjambant l’autoroute, puis ayant trouvé la voie sur laquelle la circulation lui sembla la plus intense, elle s’accouda à la rembarde pour établir une connection sur son portable qu’elle colla aussitôt à son oreille, n’ayant peut-être rien à dire et surtout ne désirant rien entendre.

Esprit hors du commun il entendait pratiquer le vol balistique pour traverser la vie, ne parvenant la plupart du temps qu’à planer d’une semaine à l’autre et le plus souvent, avancer dans les heures en mettant un pied devant l’autre, s’accrochant aux barbelés des secondes, comme vous et moi....

Perpétuant avec un clacissisme désarmant, le tête-à-tête amoureux, dans un coin à l’écart des autres consommateurs, ils se dévoraient donc des yeux sans oublier toutefois de mastiquer avec une délectation incompréhensible, de grosses bouchées qu’ils détachaient avec une grâce goulue de leur Big-Burger, étirant parfois une langue bovine le long des lèvres pour y récuper des lambeaux de verdure fugitifs.

Torse bombé, sourire olympien, elle arriva dans le hall en conquérante. S ’entrechoquant, les deux médailles suspendues à sa poitrine résonnaient comme une cloche au cou d’une vache dans un alpage quelconque.

Même confuse, une certaine affiliation se dessinait entre les tâches exécutées laborieusement par ces deux hommes. Le premier tassait la vase, „pour“, disait-il, „donner une base solide à l’océan“ ; le second prétendait l’écrémer pour n’en conserver que le plus solide.

Fasciné par les grands fauves il ronronnait de plaisir lorsque son épouse l’envoyait au supermarché, et d’extase lorsque le crépuscule tombait au même moment. Il se glissait alors entre les rayons et s’emparait d’un coup de patte infaillible de sa proie, qu’à l’instar du léopard il mettait aussitôt en sécurité pour éviter la convoitise du lion, de l’hyène et autres prédateurs, et la lacérer ensuite à grands coups de couteaux et piquages de fourchette, s’étonnant tout de même de ne pas voir gicler le sang de sa victime – une tranche de jambon dégraissé.

Sa condition physique démontrait – pour autant que cela soit nécessaire – l’influence de la loi de Hubble sur nos personnes : il se foutait le camp, petit à petit, morceau par morceau.

A la regarder de plus près, à l’écouter plus attentivement, on concluait rapidement : cette personne avait le sommeil maigre.

************

Postérité - La postérité (mesure temporelle et temporaire de l’éternité) des morts est assurée par les vivants, autant dire par des êtres assez volages, volontiers oublieurs, et de surcroit, voués à disparaître eux-mêmes assez rapidement. Un investissement douteux en somme.

************

Potion - Cette potion mérite vraiment les qualitatifs „miracle“ ou „magique“, elle ne promet absolument rien.

************

Précaution - Pour éviter l’irritation provoquée par l’irruption qui se voudrait spontanée mais n’est que sans-gêne, on devrait, plutôt que se contruire un mur ou installer une porte, encharner un voile ou un rideau, dont la présence et peut-être l’apparence raide freinerait d‘abord plus d’un casse-pied mais que la matière molle autoriserait ensuite à entrer, à moins, qu’étonné par ce barrage imprévu, il ne culbute à l’entrée.

************

Problems - Show me the way to see problems before they become solutions.

************

Profondeur - Lorsque nous ne parvenons pas à dépasser une certaine hauteur, lorsque nous rasons le bitûme avec une élégance de peau de banane, lorsque chaque élévation des neuronnes devient aussi agréable qu´un éclatement de la rate, nous pouvons toujours nous orienter vers les profondeurs, et redescendre plus bas que le point d´où nous sommes partis. Histoire de reprendre de l´élan, et plonger plus profondément, encore - abyssalement?

************

Progrès - « Quel progrès ce serait de pouvoir vivre sans », se prit-il à penser, retirant son nœud papillon pour se passer au cou, celui, coulant, d’un câble électrique et se pendre.

************

Projets

Trouer le ciel pour entendre chuinter divers jets et voir voler force poussières passant au travers de ce tamis sous le regard étonné des astronomes.

Transgresser la loi qui veut que rien ne soit plus rapide que la lumière, s'en râper l’entendement et finir sa course en un mouvement cycloïdale, pour exhaler enfin ce qui peut encore l’être alors.

S’excaver l’esprit pour y constituer des conduits, des réseaux, des canaux où plonger une nasse dans l’espoir d’y voir s’empêtrer quelques impressions, idées ou bribes des deux, pour les consigner et reconnaître qu’elles sont aussi fermes et fiables que la fumée dégagée par un pot d’échappement.

Tel un osmologue avançant parmi une multitude d’effluves fragmentées, feuilleter le dictionnaire en ne lisant que les lettrines, ces plaques d’immatriculation des mots, ralinguer l’imaginaire un instant avant de le laisser s’affaiser et partir à la dérive.

************

Prophétie - Un jour tu finiras bien par mettre de l’eau dans ton café!

************

[Extraits du journal de Marcel Crépon]

tiroir 12 - armoire