A & M - ALBERT ET MARTINE JOUENT AU DOCTEUR

Albert et Martine jouent au docteur un samedi après-midi leurs parents respectifs font leurs achats du week-end au supermarché du quartier vins réputés en casiers de douze bières irlandanoises apéritifs italiens digestifs ibériques poissons sénégalais filets de boeuf et côtes de porc propres fruits et légumes hygiéniques c´est à dire pas trop infestés de virus féroces et malins aux effets aussi dévastateurs que compliqués leur nom en vérité ils sont végétariens puristes les parents ils n´achètent de la viande que pour emmerder les voisins la refilent en douce à leurs chiens en espérant que cela leur ramollisse les crocs autant que la cervelle c´est une sorte de vengeance mais surtout ils ne veulent pas qu´on les confonde avec les végétariens ésotériques puisqu´ils se considèrent eux comme des végétariens rationalistes ce qui ne les empêchera pas de se bourrer la gueule comme des prolos lorsqu´Albert et Martine seront au lit bonne nuit les petits et par ici la bibine en jouant au docteur Albert et Martine découvrent les vérités implacables du corps tout en viande graisse veines artères os boyeaux et divers organes dont ils saisissent l´importance la médecine ils l´ont dans le sang pour ne pas dire dans les gènes puisque leurs parents respectifs sont soit actifs dans le para-médical tout ce qu'il y a de normal bien qu´Albert préfèrerait devenir pilote de guerre parce que les avions c´est plus rapides que les chariots à malades et comme cela Martine pourra lui recoudre shamaniquement les os lorsqu´il se fera abattre par l´ennemi comme Joseph Boyce.

************

Abrutissement - A l’idée reçue que cela se fait dans la plus grande détente et somme toute assez rapidement on objectera que pour s’abrutir il faut au contraire savoir patienter, ébarber l’esprit sans rien omettre, agir moins avec la rage au ventre qu’avec la lenteur d’un faiseur d’incunable.

************

Adresse - X. égorgea S. d´un coup de tête, à main levée pour ainsi dire, pour parler technique - de quoi laisser rêveur plus d´un dessinateur.

************

Aérien - Qui flâne sans ailes fâne?

************

Age

S’il exista jamais, l’âge d’or doit se situer à quelque époque précambrienne.

Evoquer l’âge d’or, c’est d’abord considérer qu’à une époque donnée nous fûmes innocents, et que nous ne le sommes plus, c’est éprouver du remords. A l’instar de l’assassin nous aimerions retourner sur les lieux du crime, désir qui saurait être satisfait, exacerbant d’autant le remords.

Heureux caméléon, capable de se fondre dans son environnement et atteindre à une unité toute lao-tzéenne, là où l’homme, dans l’impossibilité de retourner vers l’âge d’or, n’a de cesse de se projeter dans un ersatz futur du dit, pour s’y dissoudre enfin.

A un moment donné on se retrouve sans âge, comme on peut être sans patrie..

************

Agir

Comment agir?
Pourquoi agir?

Marcher, par exemple, permet de connaître le bonheur de s'arrêter.
Se lever donne la possibilité de s'assoir ou encore, de s'allonger.

************

Agression - Poussée d'agression en entendant certaines personnes taper sur un clavier. Elles n'emploient plus des doigts mais des marteaux, s'imaginent sans doute par là donner plus de force, de poids, de sentiment, à ce qu'elles s'archarnent vouloir exprimer. Alors qu'il suffit de les effleurer, les touches ainsi maltraitées produisent un son, sorte de claquement rageur, qui laisserait penser que si c'était pour en arriver là nous aurions tout aussi bien pu en rester à tailler des bouts de silex.

************

Alchimistes -Insuffler les sentiments les plus hauts, voir croître indéfiniment le bonheur, saisir la pureté unificatrice des ébats, autant de légendes donnant aux amoureux l’autorité d’alchimistes.

************

Ambitions

les feuilles blanches se donnent du mal pour ne pas être noircies

Débrouiller le brouillard.

Rappareiller ce qui jamais ne s’assemblera de nouveau..

Crapahuter la vie

Ebousiner ses lobes cérébraux, les aérer pour ainsi dire, au sens aigu, acéré du terme, et enfin trancher avec aisance les nœuds gordiens qui s’y sont noués.

************

Ame - Une âme lave l'autre.

************

Amélioration - Timide amélioration : toute assemblée humaine ne lui rappelle désormais plus qu’un éphémère dérangement hypnogastrique, intense mais vite oublié.

************

Amour - Comme l'argent, l'amour n'a pas d'odeur.

************

Anatomies

************

Arrangements - Nous nous arrangeons comme nous pouvons, et nous ne pouvons pas beaucoup.

************

Archéologies - Parvenus au point où nous pratiquons l´archéologie du présent.

************

Archéologues - "Devenez les Vésuve de vos Pompéï, les archéologues s´occuperont du reste." [Confaustus]

************

Artificiel - Comment couronner notre glissement dans l’artificiel sinon en considérant les objets comme doués de raison?

************

Aversion - Mon aversion pour le téléphone portable est telle qu’elle pourrait sembler pathologique. La recette d’une potion magique à même d’enrayer le mal n’existe sans doute dans aucune pharmacopée, aussi me faut-il continuer de voir dans les utilisateurs de ces boîtes à bla-bla autant de petits soldats endurcis participant à la grande guerre des mots, armés de talkie-walkie à carte, encombrant l’espace d’une conversation aussi agréable aux oreilles qu’une bouffée nidoreuse l’est aux narines.

************

Association - Il arrive que nous associons souvent une image à une expression, au moment où nous y pensons. Ayant à l’esprit „la vie s’écoule“ ou „l’écoulement de la vie“, je voyais en même temps l’image d’une goutte de sang observée au microscope. Elle apparaissait. ronde, rappelait un évier dans l’orifice d’évacuation duquel s’écoulaient plus ou moins rapidement, globules rouges et blancs.

************

************

Athlètes - Athlètes du tour de magie dérisoire [passe-passe de foire], de l'éternel détour, du retour en catastrophe.

************

Avertissement - „LXXXVII – [...] J’ai cultivé mon hystérie avec jouissance et terreur. Maintenant, j’ai toujours le vertige, et aujourd’hui 23 janvier 1862, j’ai subi un singulier avertissement, j’ai senti passer sur moi le vent de l’aile de l’imbécilité.„ Charles Baudelaire, Oeuvres complètes - Mon coeur mis à nu.

************

[Extraits du journal de Marcel Crépon]

tiroir 7 - armoire