Cache-cache - Nous considérons volontiers, ou sommes influencé dans ce sens, que nombre de choses sont cachées, ce qui sous-entendrait que quelqu’un les aurait dissimulées avec une intention maligne à notre égard, et nous boudons, tapons du pieds, tant nous sommes persuadés que tout nous est dû, et que rien ne saurait nous échapper.

************

Carotte - Après avoir été celle du singe, l´homme est devenu sa propre carotte (1), (2).

1) "L´illusion virtuelle est le contraire de celle des apparences. Rien ne s´y cache, nul secret, nulle absence. Elle vise au clonage de la réalité, au clonage du réel par l´hyperréel, et à l´extermination du réel par son double." Jean Baudrillard, Le Crime parfait
2) Rappelons-nous que l'âne était consacré à Dionysos, qui selon Hyginus, dans sa "Poétique de l'astronomie" en plaça deux parmi les étoiles. Aussi le Midas original devait-il être fier de ses oreilles d'âne. De même que, mises sur un sceptre, elles étaient une marque royale, portée par tous les dieux des dynasties égyptiennes, rappelant l'époque où l'âne avait les oreilles de Seth. L'importance de ce dernier disparut jusqu'au 2ème siècle avant notre ère où les rois Hykos lui accordèrent une certaine considération.

************

Causeries
- L'erreur est humaine
- Très humaine.
- Trop humaine.
- Certes.
- Elle est aussi dans la nature, qui l'a provoqué, justement.
- L'homme, ou Le faux-pas de la nature alors?
- Un faux-pas, n’exagérons pas.
------------
- Nous devrions changer de vie .
- De vice ?
- De vide
------------
- Que dire d’un ciel dés-étoilé?
- Qu’en dire en effet?
------------
- Quel désert – il n'y a plus de penseurs !
- Il y en a, mais vous ne les connaissez pas.
- Cela revient au même.
------------
- Pour finir, je constatai que la succession des jours me rappelait une mutilation constante.
- Et c’est bien suffisant.
- Quant à savoir qui était détaché de quoi, ou quoi de qui....

************

Changement - Sa retenue, frôlant presque l’indifférence, contribuait pourtant à cicatriser la douleur, jusqu’à ce qu*il y apporte un modificatif qui le vit devenir prévenant jusqu’à l’indécence.

************

Charge - La charge interne que nous nous coltinons jour après jour nous fait geindre mais ne nous décoiffe pas.

************

Chasse - ’Nous devinons notre mort moins en étudiant le passé que le futur, moins en considérant la lenteur délabrée, crépusculaire, d'un vieillard, que la vitalité lumineuse d'un jeune. Ce n'est pas la force d'attraction du premier qui nous fait avancer mais la meute lancée sur nos talons, car de chasseurs, nous voilà devenus chassés.r?

************

Chemin

Citations éparpillées tout au long du texte ; autant de galets volontairement abandonnés dans l’espoir de perdre définitivement son chemin, ou peut-être semés par dépit, dans l’ignorance d’un chemin à parcourir?

La fenêtre grande ouverte et voilà, le paysage s’étale, avec, disséminées à droite et à gauche, des habitations. Et je me dis que le chemin qu’il me faudra parcourir pour rompre définitivement avec la nature est sans doute aussi long que celui qu’il me serait nécessaire de ré-emprunter pour renouer véritablement contact avec elle.

************

Choisir

Entre dialogues de sourds et discours de muets, il faut

Souvent confrontés à leur présence nous vouons aux croisées de chemins un culte particulier tant les segments qui forment ces derniers semblent contenir dans la partie qui nous est invisible un nombre infini de possibilités, que nous mangeons des yeux, le regard dans le vide, incapables de choisir l’un plutôt que l’autre.

************

Choix

De nos ennemis et de nos amis, lesquels nous sont les plus néfastes? Les premiers en méprisant ce que nous sommes ou les les seconds en ne s'y opposant pas?

************

Choses

Les choses ne rendent compte de rien à personne, elles se posent là, tout simplement.

************

Cinéma - L’imminence du choc s’accroissait de seconde en seconde, Lucien était parfaitement conscient que ce qui avait été sa vie jusqu’alors disparaîtrait au moment où il se produirait ; quelque chose pourtant manquait, qui l’aurait peut-être amené à changer de direction, à trouver une issue heureuse, bref, à sauver sa peau : la musique, tendant l’attente, en exagérant les propriétés élastiques, jusqu’au moment de la rupture, et qui n’est soulagement qu’au cinéma.

************

Clairvoyance

Cette clairvoyance absolue menant à l’obscurité la plus totale.

La clairvoyance (ou lucidité) que l’on rapproche parfois du rêve nous ne nous procure-t-elle pas une certaine souveraineté, qui, si elle ne nous catapulte pas directement au-dessus du cauchemard quotidien, l’empêche au moins de nous écraser au premier pas.

************

Comble - Le comble de l’insomniaque : surprendre ses propres ronflements.

************

Compères - Rature [lien : s / sourire ] ]et nature s’entendent comme compères en foire.

************

Compter - Les doigts se comptent non pas à voix haute mais en se comptant sur eux-mêmes, par eux-mêmes – sur les doigts. Et le pouce n'est plus responsable de la vie ou de la mort ; l'index ne désigne ni la lune, ni le sage et encore moins l’idiot ; le majeur est devenu poli, l'annulaire nu ; l'auriculaire ne recueille plus de cire dans les oreilles.

************

Confidences - Certaines confidences relèvent de la fraude : on affirme vous laisser pétuner quelque rare tabac, mais vous ne fumez en fait qu’un vieux bout de lard.

************

Confusion - La confusion entre agir et s’agiter.

************

Connaissance

Ne pouvant nous en rendre compte a priori, il nous est nécessaire de vouloir savoir pour acquérir la connaissance nous mettant devant le fait accompli, à savoir : que nous ne savons rien. Impossible de ne rien savoir sans connaissance.

Nous nous méconnaissons profondément, nous imaginons droit comme i alors que nous sommes plus lordosés qu’un s, rêvons que notre rôle et le but de notre existence seraient autre que celui d’une boulette de l’évolution destinée à servir de cible et se faire torpiller par le temps.

************

Conquérant - Les conquérants sont ces rameurs qui, bien qu’ayant atteint le rivage, continuent de pagayer à l’intérieur des terres.

************

Constance - S’ils ont su l’utiliser pour leurs errances et autres tribulations les hommes n’ont pas retenu la leçon de constance de l’étoile polaire, perdant eux, le nord, plus souvent qu’à leur tour.

************

Constellations

************

Contrats - Comptabiliser le nombre de contrats passés avec nous-mêmes, résiliés en souplesse ou au contraire par la manière forte, nous met dans les dispositions nécessaires pour pratiquer l’énucléation (trop souvent repoussée) du fait de s’être fait confiance, comme au premier venu

************

Conversation

Notre conversation, comme souvent, très vive : la seule chose sur laquelle nous nous retrouvions d’accord était de ne l’être sur rien.

Il va sans dire qu’à un moment ou l’autre le but du parlé est de faire taire, de corroyer le parlé de l’autre, de l’enfermer dans un octaèdre, double pyramide, puisque les simples sont déjà prises.

************-

Cosmopathe - Que dire d’un cosmopathe? La présence des planètes le bouleverse, celle des étoiles le renverse ; il jalouse les trous noirs, il s’approprie les comètes ; il se sent à la fois attiré et rejeté par les infinis, il bamboche dans le brouillard des nébuleuses ; il a mal à l’univers, il souffre de l’univers ; la maladie culmine lorsqu’il s’éparpille en corps et en esprit, dans sa chambre.

************

Couloirs

La vie est bel et bien ce souterrain aux couloirs maigrement éclairés ; dans ce qu’elle a de plus cru notre existence rêve d’en lacérer l’obscurité, ne parvenant généralement qu’à l’intensifier.

************

Crépusculaire - A soleil couchant, soleil couché.

************

Crétins - Le crépuscule des crétins s’étire, n’en finit pas de se poursuivre, de ne pas s’achever, se prolonge et s’attarde jusqu’à finalement donner l’impression d’être suspendu dans le temps et ainsi s’octroyer une durée comme d’autres se donnent du galon ; il ne leur reste plus alors que de se laisser tirer le portrait en peinture ou photographie pour aller importuner l’éternité.

************

[Extraits du journal de Marcel Crépon]

tiroir 6 - armoire