C’était alors autre chose, l‘espace, les rues, les noms, les mots. Ceux du fabriquant, assis à sa table devant son échope étroite comme un sursaut de temps, qu’on appelle „instant“. Celui vers lequel Mirelle et Lucien s’étaient dirigés, empreintant une passerelle de bois enjambant des voies ferrées envahies déjà par une végétation qui aurait le dernier mot, à moins que le macadam. Mireille griffonna l’ange : c’est le dernier, le dernier des anges, au trois paires d’ailes (une de service, deux pour les cas où). Lucien : des roues de secours en somme... Deux heures plus tard le motif avait été transféré à l’identique sur le carré de caoutchouc, prêt à l’emploi.

tiroir 3 - armoire